Ardi, ou la découverte de la plus vieille femme du monde

Ardy

Son squelette a été découvert en Ethiopie en 1990. Il aura fallu 15 ans d’analyses pour en tirer la conclusion suivante : Ardi est la plus vieille femme du monde recensée à ce jour, avec ses 4,4 millions d’années.

Cet ancêtre (1,20 mètres et 50 kilos) a donc 1,2 millions d’années de plus que Lucy. Une broutille ? Bien sûr que non ! Selon Tim White, professeur au Centre de recherche sur l’évolution humaine de l’université de Berkeley, « cette créature est une mosaïque intéressante, ni chimpanzé ni humain… En nous rapprochant comme jamais auparavant de l’ancêtre commun des singes et de l’homme, elle nous permet vraiment d’imaginer ses traits … Le seul moyen de savoir à quoi ressemblait cet ancêtre sera de le trouver… »

A ce stade, Ardi n’est donc pas, ou plus, une humaine. Elle fait partie de la branche commune regroupant les humains, chimpanzés et gorilles. On estime que l’ancêtre ultime aurait vécu il y a 6 millions d’années. Ayant trouvé Lucy, puis Ardi, en Ethiopie, les paléontologues n’ont peut-être jamais été aussi prêt de trouver le Graal…

1 commentaire

Classé dans Culture, Histoire

Une réponse à “Ardi, ou la découverte de la plus vieille femme du monde

  1. wagliss

    Esperons que le Grâal mettra fin définitivement à beaucoup de polémiques inutiles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s