La crise du marché du disque

On le sait depuis maintenant 5 ans, le marché du disque est en pleine dégringolade. Encore 17% de ventes au moins face aux chiffres de 2006. Cette perte sensible poussent les majors à réduire leur budget artistique et à ressérer leur palette marketing autour de quelques artistes.

Les chiffres sont là. L’un d’eux fait très mal : l’album posthume de Grégory Lemarchal représente 5% des ventes globales de disque sur le marché français… (source de l’Observatoire de la Musique).

Il est grand temps d’ouvrir les yeux et de ne pas considérer « l’industrie » du disque actuelle comme la seule dépositaire du marché musical. A bien regarder les statistiques, les majors sont intouchables sur la variété française et internationale, ainsi que sur le créneau « enfant ». Mais les distributeurs et labels indépendants sont largement en tête des chiffres en jazz, blues, classique, world music… Et ça on le dit jamais assez.

La crise finalement, c’est de ne pas réussir à vendre ce que personne ne veut acheter…

Poster un commentaire

Classé dans Marché de la musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s